10 lieux de mémoire incontournables à visiter dans les Hauts-de-France

1) La Carrière Wellington, mémorial de la Bataille d’Arras.

La carrière Wellington préserve le souvenir des milliers de soldats cantonnés sous terre à quelques mètres de la ligne de front, avant de s’élancer sur le champ de bataille, le 9 avril 1917 à 5 h 30 du matin, pour attaquer par surprise les positions allemandes. Après une descente à 20 mètres de profondeur, la visite audioguidée et encadrée par un guide-accompagnateur vous plonge dans l’intimité des lieux.
Conçu comme un lieu de mémoire, le site de la carrière Wellingtonprésente, en surface, un jardin du souvenir et un mur mémorial pour honorer la mémoire des régiments des Première, Troisième et Cinquième Armées britanniques, engagées dans la Bataille d’Arras.

Ouverte tous les jours de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00
Fermée le 01/01,  les trois premières semaines après les vacances de Noël.

Dimanche 23 avril de 14h à 18h
Circuit en car : La bataille de la Crête de Vimy : entre front et arrière-front

C’est dans le secteur des collines de l’Artois et du Bruaysis que l’attaque de la Crête de Vimy s’y est organisée en 1917 avec le général Horne à la tête des quatre divisions canadiennes réunies pour la première fois sous le drapeau à la feuille d’érable. À travers des histoires d’hommes, ce circuit permet de comprendre la place stratégique de l’arrière-front dans une guerre, puis de découvrir le champ de bataille de la Crête de Vimy.

2) La Caverne du Dragon, le chemin des Dames

À l’origine, c’était une carrière de pierre creusée dans le calcaire, sur le Chemin des Dames. Pendant la Première guerre mondiale, en 1915, les soldats Allemands investissent le lieu et en font un endroit stratégique.
Le 25 juin 1917, après l’échec dramatique de l’offensive Nivelle, les Français reprennent le lieu aux Allemands et les repoussent au fond de la grotte. Les deux camps cohabitent, ils ne sont parfois séparés que par un mur.

Le 15 avril
En marge des commémorations du Chemin des Dames du 16 avril, rendez-vous à Craonne pour un spectacle son et lumière inédit avec projection vidéo 3D et pyrotechnie.

3) Le mémorial Canadien de Vimy

Inauguré en 1936, le mémorial construit en hommage aux soldats canadiens tués pendant la Première Guerre mondiale est devenu le symbole de la naissance de cette nation.
Dominant le Bassin minier, la crête de Vimy constituait une position essentielle de la défense allemande. C’est sur ce point haut que le Canada fait construire un ensemble monumental à la mémoire de ses 66 000 soldats morts au combat.

À l’occasion du centenaire de la bataille de Vimy, une exposition de Raceal McCaig, photographe- journaliste canadienne est à découvrir jusqu’au 17 avril à Givenchy-en-Gohelle.

4) Le Centre d’interprétation « Lens 14-18 centre d’histoire guerre et paix »

Ouvert gratuitement, Lens 14 – 18 est un centre d’interprétation installé au pied de la colline de Notre-Dame-de-Lorette à Souchez. Ce musée présente les batailles et les événements de la Première Guerre mondiale sur les 90 kilomètres de front 1914 – 1918. Des cartographies dynamiques et des films d’archives immergent le visiteur dans le premier conflit mondial.

Exposition  „VIMY 1917 – LA GUERRE SOUTERRAINE DES CANADIENS”
Une exposition inédite dédiée aux commémorations du centenaire de la bataille de la crête de Vimy 1917 – 2017

L’exposition évoque un aspect peu connu du premier conflit mondial, la guerre souterraine qu’ont livrée les soldats canadiens, réfugiés dans les entrailles de la terre pour se prémunir de la puissance meurtrière de l’artillerie.

Ouvert du mardi au dimanche. Fermé le lundi
De 10h00 à 18h00.

5) Le Musée Somme 1916

Le Musée situé en plein coeur des Champs de batailles de la 1ère guerre mondiale retraçe la vie des soldats dans les tranchées lors de l’offensive du 1er juillet 1916. Un musée très réaliste qui fait partie du circuit du souvenir. Un parcours de 30 kms sur les champs de bataille du secteur qui emmène les passionnés d’histoire sur les sites de Pozières, Thiepval, ou encore Beaumont-Hamel.
Un souterrain datant du 13ème siècle.

À l’occasion du centenaire de la bataille d’Arras, le Musée de la Somme organise des circuits „Champs de Bataille”. Circuit à la journée ou Circuit à la carte (de 2h à 8h) Renseignements et

6) Le Musée de la bataille de Fromelles

Les 19 et 20 juillet 1916, la Bataille de Fromelles s’est déroulée sur 4 kilomètres de front. La 61ème division britannique et la 5ème division australienne s’opposaient à trois régiments bavarois. Cette attaque provoqua la mise hors de combat de près de 8 500 hommes.
En 1990, l’Association pour le Souvenir de la Bataille de Fromelles, devenue par la suite l’association Fromelles Weppes Terre de Mémoire, crée un premier musée associatif, hébergé dans la mairie du village.

Infos pratiques
Tous les jours de 9h30 – 17h30
Fermé le mardi
Fermeture billetterie 17h00
Fermetures 1er janvier, dimanche et lundi de Pâques, 1er mai, 1er week-end de septembre, 25 décembre

En ce mois d’avril de commémorations, le Musée de la Bataille de Fromelles étendra exceptionnellement ses horaires d’ouverture de 9h00 à 17h30 du 8 au 12 avril 2017, et de 9h00 à 18h00 du 22 au 26 avril 2017.
Le musée sera également ouvert les mardis 11 et 25 avril 2017.

7) L’Historial de la Grande Guerre à Péronne

L’Historial de la Grande Guerre, ce sont 2 musées situés à Péronne et à Thiepval (voir plus bas) qui font partie des sites les plus visités comme la Caverne du Dragon sur le chemin des dames à Oulches la Vallée Foulon, l’un des endroits les plus visités du département de l’Aisne.
La ville de Péronne fut occupée pendant la quasi totalité de la guerre par les Allemands et sera libérée le 2 septembre 1918 par les Australiens. Cette vie sous tutelle allemande a particulièrement marqué les habitants de Péronne et la ville a été aussi fortement touchée par les destructions, bombardements, incendies… Entre 1914 et 1918, Péronne comptabilisera presque 30% de victimes civiles ! Chaque jour, le carillon de l’hôtel de ville ponctue les heures de midi et 18h des accords de “La Madelon”.

l’Historial aborde le premier conflit mondial dans toute son ampleur : culturelle, sociale et militaire à travers les visions des trois principales nations européennes combattantes (France, Allemagne, Royaume-Uni). Pour créer ce nouveau musée, au cœur des champs de bataille de la Somme, le Conseil départemental de la Somme, a choisi d’y intégrer le château de Péronne, édifice médiéval du 13ème siècle, assiégé pendant la Grande Guerre.

8) L’anneau de la mémoire d’Ablain Saint Nazaire

C’est le seul mémorial international construit en France pour le centenaire de la Grande Guerre.
L’anneau de la Mémoire est né de la volonté de réunir de façon posthume les noms des presque 600 000 soldats tombés pendant la première guerre mondaile en Nord – Pas de Calais, sans distinction de nationalité, de genre ou de religion.
Cette prouesse architecturale est l’œuvre de l’architecte Philippe Prost. Elle se trouve au cœur des plus grandes nécropoles et des mémoriaux internationaux des collines de l’Artois.

Entrée libre
Parking gratuit aux abords du site ou à l’arrière de la nécropole
Accessible 24h / 24
Hommage continu en lumière après le coucher du soleil

9) Musée de Thiepval

En extension du Centre d’accueil existant du musée de Thiepval, un nouveau Musée a ouvert début juin 2016. Il est consacré à l’Histoire des batailles de la Somme, en particulier à celle de 1916, et à la mémoire des soldats disparus.
L’exposition permanente d’environ 400m2 réunit pièces de collections, objets archéologiques, outils multimédias et installation grandeur nature (réplique de l’avion de Georges Guynemer). La grande fresque (60 mètres de long) dessinée par Joe Sacco ouvre une fenêtre imagée sur le champ de bataille du 1er juillet 1916.
Cette exposition singulière et originale vous offre une expérience à la fois riche en informations et chargée d’émotion.

10) Les chemins de mémoire

Le site Chemins de Mémoire vous propose de retrouver tous les lieux fortement marqués par les guerres dans les Hauts-de-France.
Musées, lieux de mémoire, nécropoles, monuments, parcours…

Et pour en apprendre encore plus, voici le documentaire „Du Front oublié de la grande guerre” d’Olivier Sarrazin (26 minutes)

 

Dodaj komentarz

Twój adres email nie zostanie opublikowany. Pola, których wypełnienie jest wymagane, są oznaczone symbolem *